« Cocktail toxique » de Barbara Demeneix

« Cocktail toxique » de Barbara Demeneix

 

Un livre sur la pollution environnementale écrit par une des spécialiste mondiale du sujet, ça vous dit ? Si oui, je vais tenter, tout au long de cet article, de vous décrire le message important délivré par cette chercheuse Franco-anglaise, experte auprès de l’OCDE (organisation pour la coopération économique et le développement) et spécialisée dans  les dérèglements hormonaux et thyroïdiens dus à la pollution chimique. Le livre étant très technique, je vais me contenter d’une synthèse vulgarisée pour ensuite vous présenter les choses à mettre en place pour se protéger du mieux possible.

Prêt à en savoir plus ? Alors allons y …

 

Les sources de pollutions et leurs conséquences :

Peu de gens le savent mais le développement cérébrale d’un fœtus et d’un jeune enfant est en grande partie influencé par la santé de la thyroïde de la future maman, ainsi les cas d’hypothyroïdie, de plus en plus nombreux, peuvent avoir de graves conséquences sur votre progéniture, notamment en privant ces derniers de précieux point de QI ( pouvant aller jusqu’à 20). Dans les cas les plus graves, certains scientifiques pensent même que cette tendance pourrait être à l’origine de l’explosion du nombre de cas d’autisme au cours de ces dernières décennies.

Pour le docteur Demeneix, une des raisons de cette problématique pourrait être due à une carence en certains micronutriments tel le sélénium, et plus particulièrement l’iode. En effet, ces substances sont indispensables au bon fonctionnement de la thyroïde et un déficit en ces derniers peut conduire à une véritable catastrophe à venir . Les deux principales raisons de ce phénomène sont, d’après l’auteur, une alimentation déséquilibrée et peu dense nutritionellement, ainsi que la pollution chimique à laquelle notre espèce est de plus en plus soumise. A noter qu’ une faible consommation de produit de la mer (non pollués!) comme peuvent l’être les poissons gras et les crustacés, ainsi que de sel iodé, peuvent être responsable de la dégénérescence intellectuelle de notre espèce. N’oublions pas que le « crétinisme », syndrome touchant les populations montagnardes et entraînant des goitres ainsi que des déficits intellectuels sévères n’a été découvert qu’en 1825. Ainsi, en sensibilisant les populations à l’importance d’une plus grande consommation d’iode dans leurs rations alimentaires, le problème a pu être réglé, mais la mémoire collective ayant parfois du mal à faire son travail, de plus en plus de gens oublient l’importance de ce nutriment.

De plus, la plupart des polluants modernes ( pesticides, PCB, perturbateurs endocriniens, métaux lourds, et autres produits issus de l’industrie pétrochimique) exercent souvent une action délétère sur la thyroïde en entrant en compétition avec les éléments indispensables à son bon fonctionnement que sont le zinc, le sélénium, et l’iode …

Mais alors demain serons nous tous « crétins » ? L’érosion de notre intelligence collective est-elle irréversible ? Que peut-on faire pour enrayer le phénomène d’un point de vue personnel et collectif ?

 

Démarches individuelles pour se protéger :

Dans son ouvrage, l’auteur nous prodigue quelques conseils pour se prémunir au mieux des conséquences de cette pollution globale. En voici la liste non exhaustive …

-Se supplémenter en iode et /ou prendre un supplément de type « multi-vitamine », surtout si vous êtes enceinte ou envisagez de l’être.

-Consommer des produits de la mer (poisson gras de petite taille, et crustacés), une à deux fois par semaine, pour leur richesse en iode, sélénium …

-Consommer des fruits, légumes, céréales et produits laitiers bio, pour diminuer la teneur en pesticides de votre ration.

-Diminuer la consommation de produits transformés et emballés dans du plastique.

-Ne pas user le micro-ondes pour chauffer des plats en matières plastiques.

-Cuisiner avec des ustensiles de cuisine en inox ou en fonte ( pas de surface anti adhésives ! )

-Se renseigner sur la qualité de l’eau que vous buvez, et si nécessaire, utiliser un système de filtration.

-Bien choisir les produits d’entretiens de sa maison.

-Choisir scrupuleusement ses produits cosmétiques ( sans paraben, et autres produits de synthèses…).

-Faire attention aux retardateurs de flammes présents dans les meubles, appareils électroniques, et certains joués pour enfants.

-Etc …

 

Et que faire d’un point de vue collectif ? :

Et si la première étape était de se mobiliser contre les conflits d’intérêts qui poussent les politiques à sans cesse repousser l’interdiction de certaines substances, tels certains pesticides ! Car le prix de la dégradation de la santé de nos enfants, ainsi que la diminution des QI de ces derniers, sera une charge que nous aurons tous à porter, d’une façon ou d’une autre, dans les années à venir ! C’est pourquoi, il faut organiser des soutiens aux scientifiques qui tentent d’alerter les pouvoirs publiques et se tenir informé des décisions politiques « douteuses » pour pouvoir en parler et s’y opposer. Comme souvent pour se mobiliser, il faut être informé, et pour cela rien de mieux que de lire !

C’est pourquoi je vous encourage à lire cet ouvrage, et comme toujours, à être attentif au sujets de santé en lisant des blogs comme celui-ci 😉

 

Lien vers l’ouvrage:

Une réaction au sujet de « « Cocktail toxique » de Barbara Demeneix »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *