La télévision, une amie qui vous veut du mal…

La télévision, une amie qui vous veut du mal…

 

 

Prise de poids, troubles du comportement, risques d’échec scolaire, de pratiques sexuelles à risque, de comportements violents, de dépendance à l’alcool, au tabac, aux drogues … si un objet pouvait à lui seul entraîner tous ces phénomènes et plus particulièrement sur la population fragile que représente les enfants, jamais vous ne les laisseriez entrer au sein de votre foyer, non ? Et pourtant, cet objet vous en possédez pour la plupart un à la maison, et en plus de cela vous avez payé une somme non négligeable pour vous le procurer, car comme vous l’avez peut être deviné c’est la télévision. OK, encore un article réalisé uniquement pour faire du buzz en plus de nous faire culpabiliser, vous dites vous… et bien sachez que j’ai pour habitude de donner mes sources, alors attachez vos ceintures et préparez vous à lire des infos qu’évidemment vous ne verrez jamais dans un documentaire télévisuel, et pour cause…

 

 

La vérité est parfois difficile à accepter :

Je me souviens de mes jeunes années passées devant la télé, le mercredi, les week-ends et soirées de semaine à boire des sodas, manger des gâteux et autres bonbons, tout cela, allègrement saupoudré de dessins animés en tout genre ; quel pied c’était !! Ainsi « Les chevaliers du zodiac », « Olive et Tom », et autres « Dragonball » faisaient parti de ma vie au même titre que mes camarades de classe, et personne, pas même mes parents ne trouvait rien à y redire, bien trop heureux de pouvoir offrir à leur progéniture un confort et une abondance qu’eux même n’avait pu avoir au même âge. Et pourtant, une ombre noire planait sur ce bonheur apparemment sans fausse note… En effet, une surcharge pondérale m’accompagnait dans chacun de mes mouvements, et ce malgré une activité physique plus que suffisante pensais-je à l’époque. Et même les remarques déplaisantes sur mon poids faites par le médecin de famille ne suffisaient à allumer la sirène d’alarme quand à mon état, qui entrant dans la pré – adolescence devint un handicap certain, que ce soit en ce qui concerne mes capacités physiques ou mon épanouissement social.

Heureusement pour moi, une force de caractère au dessus de la moyenne, ainsi qu’un éclair de lucidité, m’aidèrent à ouvrir les yeux sur l’environnement toxique que je m’étais petit a petit créé et auquel il fallait que je me soustraie le plus vite possible, si je ne voulais pas que mon adolescence ne se résume à un record national de consommation de burger, et autres sucreries. Ainsi je fis mes adieux à ma console de jeux (outil de procrastination délicieux s’il en est), aux journées passées devant la télé, et bien évidement aux sucreries, bourrées d’additifs alimentaires, colorants et calories vides.

Les résultats ne mirent pas longtemps à se matérialiser, et en l’espace d’une année je perdis une dizaine de kilos et pris une dizaine de centimètres, ce qui vous vous en doutez changea radicalement le regard des autres sur ma personne, ainsi que le statut que j’occupais au sein de la jungle sociale que représente le collège.

La prise de conscience qui me frappa à l’époque n’eut besoin d’aucun catalyseur pour prendre effet, mais j’ai conscience qu’à cette époque, s’extraire au « mainstream » était bien plus facile que de nos jours et que nos jeunes sont, dès le berceau, conditionnés à se comporter comme des bêtes de somme, de bons consommateurs… L’exploitation des avancées dans des domaines tel que les neurosciences par le milieu du  marketing et les publicitaires ont rendu la lutte bien inégale, et dans un monde ou la multiplication des écrans est exponentielle, il est heureux que des scientifiques sérieux se soit appropriés cette problématique, et qu’en soit sorties quelques perles, dont une en particulier…

 

« TV lobotomie » de Michel Desmurget :

Un livre sur les effets délétères de la télé, publié en 2011 vient appuyer les ressentis de milliers de gens ayant déjà pris conscience du fléau que représente une trop grande exposition au tube cathodique. En l’espace de 300 pages, cet ouvrage, que je conseil à tous tant son objectivité est incontestable car appuyée de centaines de références scientifiques, nous apprends que la télé a de nombreux effets pervers sur notre comportement :

  • Elle est responsable d’une perte de capacité d’apprentissage et de réflexion des jeunes générations. Contrairement à ce que prétendent les chaînes pour petits, leur visionnage n’améliore en rien la capacité des enfants à s’exprimer, en tout cas beaucoup moins que ne le feraient de véritables interactions sociales.
  • Elle tue la créativité, en détournant de supports d’apprentissage et d’expression plus divers.
  • Elle favorise l’embonpoint, de part la sédentarité qu’elle engendre. Le temps passé devant la télé n’est plus disponible pour courir, sauter, jouer au foot…
  • Ce qui nous mène à l’explosion des comportements sexuels à risque. On apprends ainsi que pour les jeunes filles, regarder la série «Desperate housewives» fait exploser leurs chances (si je puis dire…) de faire face à une grossesse précoce.
  • Elle vous prédispose aux diverses dépendances : tabac, alcool, drogues. Ceci serait du à la mise en avant de certains stéréotypes des films et séries. En effet, le héro, ce personnage tellement cool avale souvent une rasade de whisky en fumant un bon cigare après avoir fait l’amour à une, deux, voir 10 femmes !! Et oui, c’est un héro le mec…
  • La petite lucarne a également un effet déformant sur les jeunes esprits, faisant passer la minceur extrême des modèles féminins et la musculature hors norme des hommes pour la « norme » ; est-il utile de préciser que ces résultats sont bien souvent atteints à grands coup de stéroïdes anabolisants et de troubles du comportement alimentaire…
  • Elle oriente notre consommation alimentaire en nous incitant à l’achat de produits transformés, bourrés de sucre, de graisses de mauvaise qualité, et de produits chimiques en tout genre. Et vous vous en doutez, cela nous ramène à un point soulevé plus haut, à savoir la prise de poids !
  • Elle favorise les comportements violents de part l’exposition quasi permanente à des images choquantes et souvent peu ou  pas adaptées au public concerné.

Je m’arrête ici, mais la liste est tellement longue que je ne peux que vous encourager à lire ce livre dense en informations, et qui je l’espère résonnera fort en vous et vous poussera à faire évoluer vos comportements.

 

Mais que faire ? Peut on raisonnablement se passer de la télévision ?

L’auteur à un avis tranché à ce sujet et préconise la tolérance zéro, car il considère qu’il est très difficile de ne pas retomber dans ses anciennes habitudes quand la vigilance retombe. Ainsi pou lui, la télé est persona non grata, cependant j’ai tendance à croire que la prise de conscience d’un comportement aussi néfaste soit-il suffit bien souvent à s’en débarrasser ou du moins à le contrôler. Peut- être suis-je un peu candide mais après tout, un brin de positivité n’a jamais tué personne…

N’allumer sa télé que pour regarder des programmes savamment sélectionnés, et l’éteindre aussitôt celui-ci terminé me paraît être un bon compromis. Eviter aux maximum les publicités, car comme l’avait malgré lui divulgué Patrick Lelay ( ancien PDG de TF1),  « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible » , a bon entendeur…

Et si le fait d’éteindre sa télé faisait réaliser au monde que la violence tant décriée par les journaux TV et autres émissions nauséabondes, ne traversait pas l’écran. Et que la peur de l’autre (du noir , de l’arabe, du pédé…) n’avait pas lieu d’être quand dans son village on n’en croise jamais un, et que quand cela arrive, finalement, ça ne se passe pas si mal que ça… Peut être que la montée de certains extrêmes politiques serait moins présente.

Loin de moi l’idée de vouloir trop simplifier une situation de moins en moins facile dans le pays des droits de l’homme, cependant se soustraire aux stratégies de la manipulation de masse chère à Noam Chomsky ne semble pas une mauvaise idée. Personne n’a envie d’un scénario à la « Idiocracy » ( film que je vous conseille VIVEMENT!!) , un monde ou la stupidité, les préjugés et les comportements primaires l’auraient emporter sur la raison, la culture et la compassion.

N’attendez pas que le monde bien pensant (peut être pas si bien pensant que ça !) vous dise comment vivre votre vie, vos relations aux autres et comment élever vos enfants. Ayez le courage d’éteindre votre poste de télé et d’aller voir ce qu’il se passe a côté de chez vous, puis un peu plus loin, et encore un peu plus loin, et peut être reviendrez vous au point de départ en vous apercevant que finalement le point de vue télévisuel manquait peut-être de partialité…

 

lien vers le livre :

3 thoughts on “La télévision, une amie qui vous veut du mal…

  1. Magnifique article, qui fait énormément réfléchir ! J’espère que votre article pourra faire naître une prise de conscience chez le plus grand nombre…
    Merci

  2. informer, faire réfléchir , c’est l’unique but de ce modeste blog … merci pour votre chaleureux
    commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.