De l’importance de maigrir lentement…

De l’importance de maigrir lentement…

 

Ça y est, nous sommes dans la période estivale et toutes les couvertures de magazines vous promettent de perdre 5 kilos en 2 semaines en suçant des glaçons ! Pour être plus sérieux, la presse féminine a tendance à vous présenter les régimes à la mode sensés vous faire perdre du poids rapidement, soit plusieurs kilos par semaines, et toutes ces diètes sont bien entendu recommandées, ou ont été créées par de VRAI professionnels de la santé… Mais peut-on perdre beaucoup de poids en un laps de temps relativement court sans avoir à en payer le prix à un moment ou un autre ? Pas si sûr…

 

Pertes de poids et détoxification :

Suite à des pertes de poids extrêmement rapides, comme celles observées lors des régimes type Dukan, diète liquide, low carb, etc… de nombreuses personnes se plaignent de mal être, de mauvaises humeurs, d’anxiété, voir de dépression. On peut évidemment se dire que cela peut valoir la peine de passer par ces états s’ils ne sont que transitoire et que la perte de poids est spectaculaire, quoi que … mais le problème est que pour certaines personnes ces états deviennent chroniques, et le corps médical, particulièrement les créateurs des ces régimes, ne semblent pas beaucoup s’intéresser à ces patients, représentant certainement pour eux, une perte négligeable… Mais une réponse évidente semble pourtant pointer le bout de son nez ! En effet, la graisse, a pour but de stocker de l’énergie pour les période de disette, mais elle a également une grande affinité avec les molécules liposolubles, particulièrement les polluants (métaux lourds, pesticides, résidus pétrochimiques…). Ce qui veux dire qu’en période de régime, ces mêmes polluants vont être relargués dans la circulation sanguine en même temps que les graisses de réserve. Pour faire simple, quand vous maigrissez, vous vous empoisonnez…

Bon, rien de catastrophique à cela si vous perdez du poids lentement, votre système de détoxification interne (le fameux cytochrome P450) fera son travail et éliminera ces intrus via le foie et les reins, mais les choses se compliquent quand vous maigrissez trop rapidement.

Il est bon de savoir que nous sommes tous différents en ce qui concerne les capacités de détoxification et, si vous faites partie des malchanceux, mal équipés d’un point de vue génétique pour éliminer les xénobiotiques (polluants), c’est le début des ennuis avec la possibilité d’effets secondaires de type anxiété, dépression, éruptions cutanées, et dans le pire des cas, l’apparition de maladies chroniques…

 

 

Rythme de perte de poids :

Il est difficile de trouver des références scientifiques abordant ce sujet, cependant, sur le terrain il est aisé de constater que perdre 500g par semaine est une limite raisonnable au delà de laquelle il est préférable de ne pas aller. En perdant plus, vous pouvez bien vous en sortir, mais comment savoir ? Ce serait un peu comme jouer à la roulette russe…

Donc pour ménager votre santé et optimiser la réussite de votre démarche, mettez en place un régime adapté à vos besoins, avec un déficit de seulement 10 à 15% de ce que votre corps a besoin pour se stabiliser et soyez patient… Oubliez les régimes de dernière minute et optez pour un rééquilibrage alimentaire à l ‘année qui vous permettra de vous délester des vos poignées d’amour sans menacer votre santé.

De plus, soulager ses émonctoires en prenant des compléments comme le pissenlit, le chardon marie, un bon complexe multi vitaminé, et pourquoi pas du glutathion, pourrait représenter une aide précieuse. Favoriser la sudation à l’aide de sauna, hammam, et le top, le sauna infrarouge, vous aidera également à éliminer les toxines relarguées pendant l’amincissement.

 

Conclusion :

Pour maigrir, rien ne sert de courir, et même si nous sommes dans une société de l’immédiateté, n’oubliez pas que nos organismes ne sont pas adaptés aux conditions extrêmes et que la famine en est une ! De plus, notre environnement, de plus en plus pollué, vient compliquer une situation déjà bien complexe. Ainsi, les perturbateurs endocriniens et autres polluants ne sont peut être pas pour rien dans l’épidémie de surpoids que nous constatons.

Alors mincir, oui, mais en respectant sa physiologie et surtout, pour soi et le respect de sa santé. Et non pour le regard que porte sur nous une société malade…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.