Des étudiants dans l’ère du temps

Des étudiants dans l’ère du temps

 

Quand on entend les mots «école de commerce», on pense souvent à des étudiants aux dents longues, préoccupés par le développement d’idées rentables plus que par les avancées sociétales… et bien les choses sont peut être en train de changer, surtout pour SKEMA business school, une école de commerce dont le pôle de Sophia- Antipolis vient de lancer le programme ID (innovation durable). Ce programme, destiné aux étudiants en licence désirant embrasser l’ère du temps et entrer de plein pied dans le courant «solidaire», vient de voir le jour et amène avec lui des idées empruntées au domaine du bien être et de la remise en forme. Cela valait bien un petit article, non?

 

Du business, oui, mais en tenant compte de son bien être et de celui de autres :

Resté en contact avec un de mes jeunes boxeurs, devenu étudiant en business school (et oui, le temps passe !) quelle ne fut pas ma surprise quand celui ci m’annonça qu’il participait à un nouveau programme ou l’individu plutôt que le chiffre d’affaire était placé au centre du débat. Grand fan de Jeremy Rifkin et de son livre La nouvelle société du coût marginal zéro : L’internet des objets, l’émergence des communaux collaboratifs et l’éclipse du capitalisme, je rêvais sans jamais l’envisager, que l’application de ces théories novatrices prenne place dans les cursus des jeunes gens qui seront les entrepreneurs de demain. Et bien, c’est chose faite ! Il semblerait que des enseignants aient eu envie de dépoussiérer le système et de changer de paradigme en s’attaquant à la forme et au fond de ces formations.

Des brainstorming pour découvrir l’autre, son fonctionnement, ses qualités, avant d’entreprendre un travail de groupe… Cela ferait plus penser à un séminaire de développement personnel qu’à des cours de management !! Et si toutes les idées fracassantes distillées par des spécialistes tel Daniel Pink, Daniel Goldman, et autre Rifkin avaient enfin été entendues par les gens qui forment les esprits de nos jeunes ! Un management horizontal, ou chacun, suivant ses qualités, trouvera sa place, s’épanouira et apportera de précieuses compétences, telles sont les idées propagées par ce programme. L’utopie semble à portée de main …

Des projets scolaires «solidaires», plutôt que des partenariats douteux avec des entreprises se servant des étudiants comme de simples commerciaux non rémunérés, vous avouerez qu’il y a de quoi se réjouir ! Et quand en plus, ce projet solidaire s’articule autour de l’accès pour des populations en difficulté à des supers aliments tel le Moringa, personnellement, je dis vive le commerce !

 

« Brainwalking » et cerveaux :

Mais nous sommes sur un blog axé santé et nutrition, alors quel rapport avec un programme de ce genre, me direz vous ? Et bien en plus d’avoir le bon sens d’être très «zeitgeist», ce programme à décidé de s’intéresser à la réalité physiologique de l’être humain et de décloisonner la relation corps/esprit. En effet, des sessions de « brainwalking » sont mises en place pour permettre aux étudiants de profiter des effets «high» de l’activité physique, en l’occurrence la marche, pour booster leurs performances intellectuelles et stimuler leur créativité. La cascade hormonale générée par ce type d’activité permet, à n’en pas douter, de rendre les esprits plus alertes, créatifs et performants. D’un point vu physiologique, ses bienfaits n’ont plus à être démontrés, tant la vasodilatation due à l’activité permet d’augmenter les réactions chimiques,ainsi que certains neurotransmetteurs( sérotonine, dopamine), de relancer la production des fameuses endorphines, de diminuer la production de cortisol (hormone du stress)… Bref, le «brainwalking» n’a que des avantages !! Henry David Thoreau l’avait déjà bien compris en écrivant au 19es son fameux ouvrage De la marche où il décrivait son expérience de la marche et les vertus de celle ci sur la créativité et la réflexion.

De tout temps, les étudiants en école de commerce ont été incités à la pratique d’activités sportives pour entretenir leur condition physique, cependant, à ma connaissance, c’est la première fois que des étudiants sont encouragés à bouger POUR booster leur réflexion : nous sommes dans un parfait exemple de décloisonnement et dans la réunification du corps et de l’esprit. Bravo aux initiateurs de cette entreprise !

De plus, des ateliers de respiration diaphragmatique, qui permettent une meilleure gestion du stress, et de visualisation mentale pour préparer les examens, ont été mis en place. Ces activités empruntées au yoga et aux préparations des sportifs de haut niveaux sont à n’en pas douter, des outils qui permettront à ces jeunes de laisser leur plein potentiel s’exprimer.

Un bel exemple d’ouverture d’esprit de la part de cette école, et du programme ID en particulier…

 

Aller plus loin :

De plus en plus de voix s’élèvent pour lutter contre la sédentarité, et la position assise plus particulièrement. De nombreux livres parus à ce sujet dont le fameux  Sitting Kills, Moving Heals: How Everyday Movement Will Prevent Pain, Illness, and Early Death — and Exercise Alone Won’t
soulèvent depuis longtemps cette problématique et les conséquences néfastes de la position assise. Ils encouragent, appuyés par de nombreuses études scientifiques, à passer plus de temps debout et même à travailler ainsi. Les bureaux réglables et autres tapis de course sur ou plutôt sous le plan de travail sont issus de cette réflexion et il y a fort à parier que cette façon d’appréhender le travail sera bientôt la norme. Il a été clairement démontré que plus ont passe de temps assis, plus on a de chances de souffrir de problème de dos, de dérèglements de la posture et de problèmes liés à la sédentarité (hypertension, problèmes cardiovasculaires, prise de poids…).

Il semble donc que dans l’enseignement privé, en tout cas chez SKEMA, des gens aient pris conscience de l’importance de réconcilier les jeunes avec leur corps et que le bien être était essentiel à la productivité, si on veut qu celle ci perdure.

Je laisserai le mot de la fin à Platon qui, il y a quelques siècles de cela déclara:

« Afin que l’homme puisse réussir dans la vie, Dieu lui a fourni deux moyens, l’éducation et l’activité physique. Pas séparément, l’un pour l’âme et l’autre pour le corps, mais les deux ensemble. »

 

Ci contre, un lien pour soutenir leur projet solidaire dans le but d’encourager la culture du Moringa dans des pays en voie de développement, et ainsi lutter contre la malnutrition.

https://fr.ulule.com/aliment-contre-malnutrition/

 

One thought on “Des étudiants dans l’ère du temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.