Homo deus : une histoire de transhumanisme

Homo deus : une histoire de transhumanisme

 

 

Suite à la lecture de son précédent ouvrage « Homo sapiens », j’attendais avec impatience la suite des pensées de Yuval Noha Harari. Dans son premier livre, il nous avait livré sa vision de l’évolution mouvementée de notre espèce. Entre le génocide de ses cousins (Néandertaliens , Florensis…), la capacité à se raconter et créer des histoires, ( dont l’œuvre ultime est probablement la création des religions), puis l’utilisation de la science pour enfin reprendre à dieu ce qu’il lui avait laissé, Harari nous décrivait le carrefour ou se trouvait, selon lui, l’humanité…

L’homme moderne sera-t-il la victime d’une nouvelle extinction de masse ? Changera t il radicalement son mode de vie capitaliste pour prendre le chemin de la course au bonheur ? ou bien embrassera t il l’idéologie émergente qu’est le transhumanisme avec les questions philosophiques sous-jacentes ? Voyons cela…

 

 

Homo Deus : ce que nous dit ce livre 

L’auteur rentre tout de suite dans le vif du sujet et nous parle d’une possible immortalité d’ici 2100 voir 2200 !! Et bim ! prenez ça dans la face, petit homo sapiens que vous êtes ! L’immortalité, rien que ça! Enfin jusqu’ici, rien de nouveau car c’est déjà la thèse défendu par les pionniers de la «science de l’anti âge» tel Aubrey Degrey, scientifique Anglais de génie, qui dans son livre intitulé Ending Aging: The Rejuvenation Breakthroughs That Could Reverse Human Aging in Our Lifetime  publié en 2007, répertoriait les 7 causes principales du vieillissement. Et selon lui, celles-ci pouvaient être combattues et, rapprocher un peu plus l’espèce humaine de l’immortalité (hors accidents graves…). Il a d’ailleurs fait un excellent TED, dont je vous met le lien ci contre :

 

 

 

D’autre scientifiques tel Raymond Kurzweil, auteur du célèbre «Serons nous immortels ?» Fantastic Voyage: Live Long Enough To Live Forever, et directeur de l’ingénierie chez Google (vous voyez, des gens sérieux s’ intéressent à ce sujet…), investissent beaucoup de temps et d’énergie pour faire entrer homo sapiens dans une dimension jusqu’ici réservée aux déités des religions qui ont accompagnées notre parcours tout au long des ce 2 ou 3 derniers millions d’années.

Cependant, contrairement à ces scientifiques « pur et dur », Harari nous parle plus de l’aspect idéologique de ces avancées et des répercussions que cela aura sur le futur de notre espèce et son organisation sociétale. Pour lui, une société à deux vitesses s’installera progressivement, de façon bien plus marquée qu’actuellement et seule 1% de la population (vous savez ce fameux 1% qui détient la majorité des richesses mondiales…) aura les moyens de s’offrir la possibilité de booster sa longévité, que ces moyens  soient biologiques ou robotiques. La fin de l’humanisme (soit l’homme et son bonheur au centre de l’univers) qui de toute façon n’a plus l’air de faire parti des préoccupations de nos élites, qu’elles soient politiques ou financières, ne se fera pas sans casse et laissera pas mal de gens dans un «no man’s land» idéologique. Enlevez toutes leurs certitudes, leurs idéologies, et leurs rêves d’un futur meilleur à 10 milliards ( -1% ) de gens et voyez ce qui se passe… Fermez les yeux quelques secondes et essayez d’imaginer  la scène … Flippant, non ?

Que se passerait il si l’humanité se scindait en deux: d’un côté des gens génétiquement modifiés, insensibles aux maladies, plus forts physiquement, plus intelligents, plus beaux, plus tout … ?

L’image d’une société fragmentée, plus encore qu’aujourd’hui (oui, c’est possible !!), avec des élites atteignant un statut supra humain capable de contenir les avancées et la concurrence d’une intelligence artificielle elle même incroyablement évoluée, et de l’autre, la masse, vous et moi, laissée seule face à sa nature profonde marquée par la finitude et l’imperfection…

Voilà ce sur quoi notre ami, monsieur Harari, nous laisse réfléchir à la fin de cet ouvrage, qui comme vous pouvez le constater soulève de vraies questions sur le futur et l’évolution de notre espèce… Poussons un peu plus loin la réflexion et tel une madame Irma, ouvrons les portes du temps pour voir ce à quoi pourrait ressembler le siècle prochain !!

 

Des possibilités infinies ou … le néant :

Des êtres parfaits, beaux, athlétiques, supérieurement intelligents, capables de dépasser leur conditions humaines pour prendre en main leurs  destins comme le ferait un prophète des temps modernes ! Est ce à cela que pensait Nietzsche en nous parlant de «son» surhomme ? Se transcender au point, non plus de proclamer la mort de Dieu, mais de clairement se substituer à lui et rapidement atteindre un statut qu’aucun livre sacré n’aurait jamais pu nous amener à envisager…

Avec les récentes avancées sur la cartographie du génome humain, et en nutrigénomique (façon dont les gênes et les nutriments interagissent) nous sommes clairement en train d’assister à cette évolution. Des outils tel que Crispr cas9 , comparable à la fonction copié-collé de votre ordinateur mais appliqué à la transformation de l’ADN, permettraient déjà la création d’une génération d’êtres vivants améliorés, augmentés, possédants toutes les mutations génétiques les plus favorables, des super gagnants de la loterie génétique en quelque sorte. Et tout ça peut être réalisé relativement facilement pour un coût plus que modique à la vue des possibilités et des avantages envisagés… Je ne serais pas surpris si, d’ici une vingtaine d’années on voyait surgir d’on ne sait où, des hommes et femmes d’une beauté et d’un charisme indescriptible, couplé à un intellect hors du commun … en effet, qui nous garantit que des gouvernements ou des personnes fortunées ne feront pas le pari fou de se lancer dans la «création» d’une descendance à la hauteur de leur egos surdimensionnés ? Si vous aviez la technologie pour donner a vos enfants toutes les chances de réussir, de devenir les leaders d’un monde sans limites ou tout est à construire, que feriez vous ? Après tout, Homo sapiens à toujours été un opportuniste, capable d’éradiquer des populations entières dans le but d’asseoir son hégémonie. Les Aborigènes, Maya, Incas et autres Indiens d’Amériques ont quelques survivants pouvant témoigner de cette fâcheuse habitude…

La question n’est pas de savoir si, mais quand cela arrivera, car comme l’histoire nous l’a démontrée, toute chose imaginable fini toujours par arriver. Les histoires que l’homme est capable de se raconter finiront toujours par se matérialiser, d’ailleurs n’est-ce pas la grande force qui a toujours animée notre espèce. Repousser les limites pour devenir les créateurs de notre futur ! De toute façon, on arrête pas un train en marche, on le prend, et celui de l’évolution ne saurait attendre les retardataires et toutes les boîtes de high tech de la silicon valley l’ont bien compris. L’homme du XXIIe siècle sera augmenté ou ne sera pas…

A la vue de ces avancées scientifiques qui s’accroissent à une vitesse exponentielles, les futurs décrit par Francis Fukuyama et «son dernier homme» ou Huntington et son «choc des civilisations» semblent déjà révolus. Et n’en déplaisent à certains experts, pour qui les luttes d’influence ente les dogmes musulmans et judéo-chrétiens sont le nerf de la guerre, le vrai combat n’opposent plus une religion à une autre mais bel et bien une frange de la population qui se prépare à tuer le père (à savoir Dieu), et une autre incapable de se détacher de cette présence réconfortante qu’elle a elle même créée.

Une lutte des classes, comme même Karl Marx n’aurait pu l’imaginer, opposant une fois de plus la bourgeoisie (les ultra riches) ayant l’argent nécessaire à la création d’une descendance «divine», et le prolétariat est en train de se jouer en coulisse.

Le monde est entré dans une mutation d’une ampleur dont peu de gens ont pris conscience, et pendant que certains s’entre tuent au nom d’idéologies déjà obsolètes, d’autres sont en train de créer un futur dont les portes ne seront ouvertes qu’à une minorité… Mais que les recalés de ce paradis technologique à naître ne changent rien car, pour la plupart d’entre nous, le prix des billets pour un mode sans limites n’est déjà plus accessible. Et le crépuscule des idoles (tant vénérés par une majorité de moins en moins silencieuse ) n’est peut être pas pour demain…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.