L’alimentation de la femme enceinte

L’alimentation de la femme enceinte

 

Il est bien souvent difficile de trouver des informations de qualité sur ce sujet pourtant crucial, qui pourtant, déterminera la santé à venir de votre enfant. Mis à part le sempiternel «  il faut manger de tout » et les quelques conseils prodigués par les revues éditées par la presse féminine, rien de bien intéressant. Mais quels sont donc les aliments à éviter, et les micro-nutriments à favoriser ? Voyons cela …

 

Ce qu’il ne faut pas faire :

-Il existe des aliments interdit au cours d’une grossesse, et pour ne citer qu’eux, nous parlerons de l’alcool (risque de fausse couche, retard mental, malformations…), et de certains aliments crus tel que les œufs, la viande, le poisson et certains fromage ( camembert, bleu …) qui vous feraient courir un risque de contracter des intoxications ( salmonellose, toxoplasmose, listériose). Veiller donc à être vigilante quand vous mangez à l’extérieur et à vous renseigner sur les compositions de vos plats et sauces …

-Attention à l’excès de sel, de caféine (risque de fausse couche au delà de 300mg de caféine par jour) et de sucre (attention au diabète gestationnel et aux troubles de la glycémie).

Attention à votre consommation de gros poissons, riches en polluants et autres métaux lourds. Privilégiez la consommation de poissons de petites tailles, tels que les sardines et les maquereaux.

 

Les indispensables :

Les protéines et leurs précieux acides aminés devront être consommés en quantité. Les végétariennes devront être particulièrement attentives à en manger suffisamment.

-Les vitamines B, sont indispensables au bon déroulement d’une grossesse. À surveiller particulièrement la B12 et la B9 (folates). On devra obligatoirement se supplémenter en cette dernière à raison de 400µg/J pour éviter les malformations du tube spinal.

Les vitamines A (rétinol, bêta-carotène) : attention toutefois à ne pas en surconsommer car son excès peut entraîner des malformations.

la vitamine D : prendre le soleil ou se supplémenter.

-Les minéraux : Zinc, calcium, magnésium, sélénium, iode, fer, ont tous un intérêt et devront être consommés en quantités suffisantes.

-oméga 3 et oméga 6, les acides gras essentiels devront faire parti de votre diète. Huile de cameline, de colza et petits poisson gras seront les bienvenus, d’autant plus que de récentes études ont démontrées que leur consommation pendant la grossesse diminue les risques de troubles autistiques.

-Sans oublier: les vitamines K, E, C (présentes dans les huiles et végétaux) , ainsi qu’une hydratation sufisante.

 

Les plus qui peuvent faire la différence :

Prendre soin de votre microbiote : L’enfant au moment de l’accouchement par voies naturelles et celui de l’allaitement va hériter du microbiote de la mère. Consommer donc des probiotiques en supplément et des fibres en quantités suffisantes pour améliorer la diversité et qualité de ce dernier.

Manger bio et éviter les produits d’entretien ou les cosmétiques bourrés de produits issus de la pétro-chimie. Pensez vous sincèrement que votre fœtus à besoin de perturbateurs endocriniens, de cancérogènes probables et de métaux lourds pou se développer sainement ? Non ? Moi non plus …

 

Bilan :

Comme vous le voyez, la nutrition de la femme enceinte est moins simple qu’il n’y paraît et je ne peut que  vous recommander de vous y intéresser au moment d’envisager la conception, car des supplémentations comme celle en folates doivent commencer bien avant la conception.

De plus, à cause de la pollution environnementale de plus en plus de femme ont des charges toxiques globales qui peuvent poser des problèmes de fertilités et des complication pour le fœtus par la suite. Envisager d’optimiser le fonctionnement de votre système de détoxification en soutenant le fonctionnement de votre foie (chardon marie …) et en prenant quelques substances tel les que du glutathion pourrait être un plus pour préparer un grossesse à venir.

Préparer sa grossesse pour que celle-ci se passe le mieux possible semble plus que jamais de la plus grande importance, et une nutrition adaptée, accompagnée d’une supplémentation avec un multivitamine dédié aux femmes enceintes me semble être à considérer.

 

Je ne saurais trop vous encourager à rencontrer un nutritionniste, et/ou à en parler avec votre médecin, et pourquoi pas à acheter quelques ouvrages adaptés. Ce que j’ai trouvé de mieux sur le sujet est dans le lien ci-dessous:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.