Prendre soin de ses mitochondries pour vivre en bonne santé

Prendre soin de ses mitochondries pour vivre en bonne santé

 

Le stress, le surmenage, le manque de sommeil, la pollution (métaux lourds, pesticides, tabac), la malbouffe (sucre, alcool, aliments transformés..) ont des effets dévastateurs sur l’être humain, et plus particulièrement sur nos cellules et leurs mitochondries. Celle-ci sont les centrales énergétiques qui vont produire l’ATP, soit LA source d’énergie de notre organisme, celle qui va permettre au cœur de battre, au foie de détoxifier notre organisme, à nos muscles de se contracter… Vous comprendrez donc qu’ici, nous ne parlons pas de quelque chose de superflu, mais belle et bien d’une condition indispensable à la vie humaine, et optimiser sa production en prenant soin de nos mitochondrie est une obligation pour qui veut vivre longtemps, et surtout qui veut vivre en bonne santé. Même si tout n’est pas encore bien compris en ce qui concerne le niveau de responsabilité du dysfonctionnement mitochondrial dans l’apparition de certaines pathologies, le doute n’est plus permis quand au fait qu’il a un rôle à jouer. Ainsi la fibromyalgie, le syndrome de fatigue chronique, et les cancers sont directement impactés par un manque d’efficacité de ces centrales énergétiques et comme le soulève le docteur Schwartz dans son livre « Cancer : Guérir toutes les maladies » , la piste métabolique doit être étudiée dans la lutte contre ces pathologies, en complément des traitements classiques, s’il ont veut lutter efficacement contre ces fléaux.

C’est bien beau de savoir cela, mais dans les faits, que peut-on faire pour optimiser le fonctionnement de nos cellules et plus particulièrement de nos mitochondries ?

Let’s see this…

 

 

1- L’activité physique :

Encore et toujours on revient vers l’activité physique comme pré-requis indispensable à l’entretien d’une santé optimale. Il suffit de regarder les super-centenaires aux quatre coins du monde pour se rendre compte qu’il ont une chose en commun : ils sont TRES actifs. Travail manuel dans le potager, ainsi que plusieurs heures de marche quotidienne sont monnaie courante pour ces personnes et peut-être serait-il judicieux de s’en inspirer si l’on veux suivre leur modèle. L’activité physique et sportive force l’organisme à accélérer la «mitochondrial biogenesis» soit la capacité des cellules à créer de nouvelles mitochondries, cool non ? Alors plutôt que de vous abrutir encore et encore en vous avachissant dans votre canapé pour laisser Hanouna vous montrer son cul pour la énième fois, mettez vos basket et bougez- vous les fesses ! Même chose quand vous passez un coup de fil aux copines, on peut tout à fait médire sur les comportements des uns et des autres en marchant plutôt qu’assis devant la télé .. 😉

 

2-Le magnésium :

Il est responsable de plus de 300 réactions enzymatiques dont certaines indispensables au fonctionnement cellulaire, et est responsable de la réparation des dommages subis par l’ADN, vous comprendrez donc que manquer de magnésium c’est comme rouler avec le frein à main… Les épinards, le choux kale, les céréales complètes, et autres légumineuses et oléagineux en sont de fantastiques sources, alors mangez vos légumes verts !

 

3-Le Coenzyme Q10 :

C’est un cofacteur mitochondrial qui augmente la biosynthèse de l’ATP , agit comme un anti -radicalaire (en luttant contre les fameux radicaux libres créés par nos modes de vie), et réduit le niveau d’acide lactique. Une nette diminution de sa concentration se dessine chez les plus de 40 ans et chez les personnes prenant certains traitements médicamenteux, comme les statines. L’idebenone est la forme la plus assimilable de de ce micro nutriment, donc 100 à 200mg par jour de ce supplément semble ne pas être du luxe pour espérer vieillir décemment.

 

4- Les vitamines du groupe B :

A l’image du magnésium, ces dernières sont impliquées dans tellement de réactions enzymatiques que s’en passer ou ne pas en avoir un niveau optimal pourrait s’apparenter à un auto sabotage de sa santé. Encore une fois, manger un maximum de végétaux ( fruits, légumes, algues) et de produits non transformés ( céréales complètes, graines…) est un minimum malheureusement pas toujours suffisant, et prendre un complément contenant toutes les vitamines du groupe B me parait être un bonne assurance tous risques !

 

5-L’acétyl-L-carnitine (ALCAR) :

Avec l’âge, la concentration en carnitine des mitochondries tant à diminuer. Ainsi la supplémentation en ALCAR aura de nombreux avantages :

        • Elle facilite le transport des acides gras dans les mitochondries et augmente la respiration cellulaire globale.
        • Elle améliore les performances cognitives
        • Elle augmente la production de certains neuromédiateurs

 

6-Le resvératrol :

Qui n’a jamais entendu parler de ce fameux antioxydant présent dans le vin rouge ? Mais bon, ne comptez pas trop sur ce dernier pour vous en apporter un dose suffisante, vous serez ivre bien avant d’avoir pu vous faire du bien, et comme nous l’avons vu, nos mitochondries n’aiment pas le stress induit par l’excès d’alcool, et les pesticides TROP présents dans les vins en général.

Un supplément de resvératrol issu de «renouée du japon», une plante bien connu des herboristes, sera la bienvenue pour toute personne soucieuse de sa santé.Une étude vient d’ailleurs appuyer les capacités de protection de cette substance sur la mitochondrie ( lien vers l’étude).

 

7-Le R-acide alpha lipoique :

C’est un antioxydant que je qualifierais de «couteaux suisse» tant sa capacité à être soluble dans l’eau (hydrosoluble) et dans la graisse (liposoluble) lui permet de faire la chasse aux polluants de toutes sortent, y compris les fameux métaux lourds ( mercure…). Il va également permettre le recyclage de nombreux autres antioxydants : vitamine C, glutathion, super oxyde dismutase (SOD). Il semble donc  que ce composé améliore la fonction mitochondriale dans son ensemble, ainsi que la synthèse d’ATP ( énergie). A mon avis, la Rolls-Royce des suppléments !

 

8-Les oméga3 :

On connaît depuis un moment maintenant les vertus antiinflammatoires des oméga 3, mais leur capacité à interférer sur la composition des membranes cellulaires l’est beaucoup moins. Une étude de 2014 vient mettre en lumière les bénéfices de ces derniers pour nos cerveaux ( lien). Pour en profiter, mangez des poissons gras (sardines, maquereaux…) et des huiles végétales riches en précurseurs (cameline, noix, colza), régulièrement.

 

9-Le ginkgo Biloba :

Cette plante issue de la pharmacopée indienne a la capacité de lutter contre le stress oxydant et ainsi protéger l’ADN mitochondrial.

 

10-La N-acétyle-cystéine :

Étant un précurseur du glutathion, un puissant antioxydant intracellulaire, cet élément aurait déjà toute sa place dans un arsenal thérapeutique, rien que pour cela ! De plus il jouerait un rôle dans la chaîne de respiration des mitochondries, et sa supplémentation permettrait de significativement améliorer cette dernière.

 

11-Le jeûne et le le jeûne intermittent (IF) :

La restriction alimentaire, qu’elle soit courte (16H comme dans le jeûne intermittent) ou plus longue comme pour le jeûne (1 à plusieurs jours) déclenche un phénomène appelé autophagie, un procédé qui va nettoyer les cellules endommagées et réduire les réponses inflammatoires. Tous le monde n’est pas capable de se lancer dans une telle démarche, mais à l’occasion , essayez de sauter un dîner et voyez ce qu’il se passe… J’avoue ne pas être un grand fan du jeûne, qui de toute façon n’est pas le meilleur moyen d’entretenir sa masse musculaire (c’est un des effets négatifs…), mais je me devais de vous indiquer TOUS les moyens pour optimiser vos fonctions cellulaires, et celui-ci en est un !

 

Conclusion :

Vous l’aurez compris, pour bien vieillir et mourir en forme 😉 , adopter les grands principes de vie que sont : bouger, manger sainement (régime méditerranéen, Okinawa, paléo..), gérer le stress, bien dormir, éviter la pollution ( aliments, cosmétiques, environnement) est un MUST !!! Cependant, nos modes de vie, ainsi qu’ un environnement devenu hostile envers notre santé (en grande parti à cause de nos comportements), font que des suppléments choisis intelligemment devront venir enrichir vos apports alimentaires en antioxydants et autres substances décrites dans cet article.

On ne peut certes pas agir sur sa génétique, et certaines pathologies seront de toutes façon difficiles à éviter si votre ADN vous y prédispose, cependant vous pouvez faire en sorte de retarder leurs survenues et comme j’aime à le rappeler « votre génétique charge le pistolet, mais c’est votre mode se vie qui appui sur la gâchette ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.