Prévenir pour ne pas avoir à guérir 

Prévenir pour ne pas avoir à guérir 

 

Bien souvent, les gens commencent à s’intéresser à leur santé quand ils l’ont déjà perdue, c’est un fait ! Mais on ne peut que constater que prévenir une maladie est bien plus aisé, et demande beaucoup moins d’effort que de guérir de cette même pathologie. Il suffit de voir le nombre de patients atteint d’une maladie chronique, tel un cancer, pour se rendre compte que malgré tous leurs efforts, nombreux  sont ceux qui lui succomberont. Dans le meilleur des cas, ils survivront mais garderont des séquelles indélébiles, qu’elles soient physiques ou psychiques. Car on entend de plus en plus parler de stress post-traumatique pour les pathologies lourdes. De plus, adieu l’insouciance ! En effet, les personnes qui survivent sont souvent marquées dans leurs chairs, et même si elles gagnent la bataille, elles se retrouvent amputées de leur joie de vivre, avec un entourage peinant à retrouver la personne qu’ils avaient connue.

Mais que faire ? On entend dire un peu partout que ce genre de maladies frappent au hasard et que la génétique à une grande importance dans la survenue des pathologies de civilisation … et bien, croyez moi ou non, mais ce n’est que de la désinformation, ni plus ni moins !

Les principes que je vais vous énoncer sont appliqués depuis des millénaires chez nos amis orientaux, ainsi en Chine, les praticiens de médecine traditionnelle avaient l’habitude de s’occuper à l’année de leur patients, et ceux -ci de les rémunérer régulièrement pour leur aide à conserver une bonne santé. Et à partir du moment où ces derniers tombaient malades, le médecin devait les guérir gratuitement, considérant que sa responsabilité de thérapeute avait échouée à prévenir la maladie.

Vous voyez ou je veux en venir ? N’est-il pas étrange qu’un changement complet de paradigme soit survenu et que vous deviez payer des frais médicaux où votre médecin sera rémunéré sans aucune obligation de résultat ? Peu de profession ont ce privilège, non ?

Si on pousse la réflexion un peu plus loin, on peu même se demander s’il n’est pas étrange que l’on nous prescrive des médicaments sans jamais regarder si notre alimentation ou notre mode de vie est responsable de ce qu’il nous arrive . Il est clairement établi qu’une carence en vitamine D favorise l’apparition des épidémies de grippe en hiver; combien de médecin vous propose une sérologie pour voir où vous en êtes ? Non, ils préfèrent vous proposer une vaccination (très souvent peu efficace) …

Prenons encore l’exemple du diabète de type 2. Combien de médecin savent que celui-ci est réversible à l’aide d’un régime strict et de quelques suppléments alimentaires ? Très peu, et la majorité d’entre eux, vous prescrira un arsenal médical à vie qui assurera un revenu conséquent aux laboratoires pharmaceutiques et viendra un peu plus creuser le trou de la sécu.

Ne vous méprenez pas, je ne suis pas anti-médecine. Je suis d’ailleurs fier de vivre dans un pays ou l’on peut être traité en urgence si l’on a un accident, et ce gratuitement ( enfin, en attendant de voir ce que nos politiques nous réserves, à la vue des réformes de santé à venir) . Car c’est ce qu’est la médecine allopathique, c’est une médecine d’urgence. Pour prendre en charge une fracture, un arrêt cardiaque ou un AVC, elle est parfaite, mais pour la prévention des maladies chroniques, c’est une catastrophe. La prévention ne fait clairement pas parti du parcours d’un étudiant en médecine, et bien souvent face à des maladies chroniques, la médecine se contente de traiter les symptômes plutôt  que d’essayer de trouver la cause racine.

C ‘est ici que la notion de « terrain », cher au praticien de médecine alternative prends tout son sens. En effets, en apportant tous les éléments essentiels dont le corps à besoin pour fonctionner ( acides gras essentiels, acides aminés, vitamines, minéraux …), vous permettez à votre corps de fonctionner de façon optimale, et de se protéger au mieux des agressions bactériennes et autres virus. De plus vous permettez à votre organisme d’avoir tous les éléments nécessaires aux déroulements des réactions enzymatiques et ainsi mettez toutes les chances de votre côté de ne pas développer de maladies chroniques.

Vous l’aurez compris, respecter son corps en lui apportant une alimentation de qualité ( bio, riches en végétaux, et en protéines) permettra à votre corps de mieux fonctionner et si jamais vous deviez tout de même tomber malade à cause du monde de fou dans lequel nous vivons ( pollution, stress…), vous serez bien mieux armés pour supporter les éventuels traitements médicamenteux que l’on vous proposera. Car pourquoi soigner les finitions de votre maison, si les fondation sont instables ???

La médecine ne semblant pas prête à relever le défi de la prévention, je vous engage à vous responsabiliser en vous informant au maximum, en lisant des livres et des articles ( attention toutefois à ne pas croire tout et n’importe quoi), et en décidant de couper l’herbe sous le pieds à la maladie. Car, comme je n’ai cessé de le répéter dans cet article, mon point de vue est que le meilleur moyen de guérir est de tout faire pour ne pas tomber malade … 😉

2 thoughts on “Prévenir pour ne pas avoir à guérir 

  1. Excellent article!
    La prévention, si présente dans la médecine chinoise, est pourtant bien peu présente dans notre médecine française…

    Pourtant, combien de milliards en frais médicaux pourraient être évités chaque année simplement si la population était mieux informée…?

    A méditer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.