Sel : un peu, beaucoup … trop …

Sel : un peu, beaucoup … trop …

 

 

Quand on entend parler de sel, c’est souvent de façon péjorative, et bon nombre d’entre nous sont maintenant au courant qu’un excès de sel peut être néfaste pour la santé. En effet, cet élément n’a pris la place qui est la sienne dans notre alimentation qu’au début du néolithique et au développement de l’agriculture soit il y a 8000 ans. Avant cela, sa consommation était beaucoup plus limitée car réduite à la consommation d’aliments entiers. Les besoins en sodium, élément indispensable à la vie, devraient être couverts par des apports en sel maximaux de 5g par jour , selon l’OMS. Cependant, le sel à trouvé au cours des siècles une utilisation bien différente que la simple valeur nutritionnelle qu’il apporte. Sa capacité à conserver les aliments à révolutionner notre façon de l’utiliser  et ,en parallèle, fait exploser notre consommation de ce dernier. Et c’est cette surconsommation, largement exploitées par les industriels de l’agro-alimentaire, qui  a changé le regard que nous devons porter sur lui. Parmi les principaux problèmes de santé qu’il peut engendrer, nous retrouvons :

 

  • l’augmentation de la pression artérielle : petit rappel, en France 1/3 de la population adulte consomme des médicaments visant à réduire la pression artérielle …
  • augmentation du risque d’accidents cardiovasculaires
  • augmentation des maladies rénales
  • augmentation des chances de développer un cancer de l’estomac
  • augmentation des risques d’obésité
  • augmentation du risque de poussées chez les malades de la scléroses en plaque ( cf: étude)
  • etc …

 

Mais comment diminuer ses apports en sel, me direz vous ? Pour comprendre sa répartition dans notre alimentation, quelques chiffres parlent mieux que de longs discours …

 

  • 10 % du sel provient  des aliments non transformés ( fruits, légumes …)
  • 15 % provient de la salière
  • 75% est issu de la consommation d’aliments transformés !!

 

Je pense que ces chiffres se passent de commentaires ! Le vrai problème, comme souvent, est la consommation d’aliments transformés, enrichis pour de trop mauvaises raisons ( goût, conservation, gonflement artificiel du poids du produit …), de plus avec du sel raffiné qui ne contient plus les fameux minéraux qu’un sel de qualité et non transformé pourra vous apporter. Il faut également noter que les processus utilisés par l’industrie feront appel à des additifs tel que l’aluminium et à des chaleurs excessives rendant le produit « mort » d’un point de vue nutritionnel …

Donc, comme j’aime à vous le rappeler, quand il s’agit d’alimentation, mangez des aliments les moins transformés possible, et le sel est  un aliment comme un autre. Des sels de Guérande, de l’Himalaya ou de Noirmoutier seront de bien meilleures alternatives que le chlorure de sodium ( enrichi en iodide de potassium ) que l’on retrouve dans la plupart des salières…

Un documentaire intéressant retrace l’histoire d’un lanceur d’alerte, Pierre Meneton ( chercheur à l’Inserm) qui a du batailler dur pour ne pas perdre sa réputation après sa lutte contre le puissant lobby du sel. La vérité ne plaît pas toujours à tout le monde …

 

Sources:

  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28078565

 

Voici le lien ci-dessous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.