Soigner ses intestins : perméabilité intestinale, les solutions …

Soigner ses intestins : perméabilité intestinale, les solutions …

 

Suite à l’article sur la perméabilité intestinale, où nous avons vu les mécanismes physiologiques expliquant ce phénomène, notamment via l’action de la zonuline, nous allons passer au côté pratique : a savoir, comment éviter son apparition par la prévention ET SURTOUT comment se sortir de ce cercle vicieux quand le mal est déjà fait !!

La base va être de ne pas abîmer ses jonctions serrées et pour cela, des coupables ont été clairement définis : le gluten (évidemment ) , les anti-inflammatoires non stéroïdiens, la chimio ( difficile à éviter dans certains cas …) , le jeûne d’une durée de plus de 36h …

Mais avant tout, c’est l’alimentation qui va nous permettre de rendre nos intestins plus résilients et leur donner les briques nécessaires à leur intégrité, et ce au travers de deux facteurs : les micronutriments ( vitamines, minéraux …) et le microbiote ( ensemble des bactérie s intestinales ).

 

 

Les nutriments de la santé intestinale :

-la L-glutamine : c’est un acide aminé qui est la nourriture privilégiée des entérocytes ( cellules de l’épithélium intestinal ) et dont le stock va être rapidement déplété sans apport d’au moins 5g quotidien, pouvant aller à 15g en cas de stress aigu, comme une chimio ou un entrainement sportif très intense (marathon, sport de haut niveau…).

-le butyrate : c’est un acide gras à chaîne courte présent dans les graisses des produits laitiers comme le beurre. Les bactéries intestinales vont également le synthétiser par fermentation des fibres de votre alimentation, d’où l’intérêt de manger des fruits et des légumes. En quantité suffisante, il aura la capacité de nourrir les colonocytes ( cellules épithélial du colon).

-la vitamine A : le bêta-carotène présent dans les végétaux apportera une partie de celle-ci, cependant une part non négligeable de la population n’a pas la capacité de convertir le bêta carotène en rétinol (ou vitamine A), comme le décrit très bien cet article (1). D’où l’importance de consommer certains aliments issus du règne animal : œufs, fromages à pattes dures, beurre, huile de foie de morue, foie de bœuf et/ou de veaux.

-le zinc:il sert de cofacteur a plusieurs réactions enzymatiques et à la capacité de stimuler le système immunitaire. Couvrir les AJR (apports journaliers recommandés) qui sont de 11 mg est un minimum ESSENTIEL !!

-l’acide folique : ou vitamine b9 (on préférera une forme naturelle, si prise en supplément). Comme pour le zinc, assurer un test sanguin pourra s’avérer nécessaire pour être certain d’apporter les doses minimales.

-les phospholipides : ils sont présents en très grand nombre dans la membrane cellulaire. Je vous encourage à manger des œufs et/ou vous supplémenter en lécithine de tournesol ou de soja.

-Les omégas 3 :pour leurs vertus anti inflammatoire et leur action synergique avec les bactéries intestinales (aident à l’adhésion sur les muqueuses). On les trouvera dans les poissons gras et certaines huiles végétales (lin, cameline, colza).

-les antioxydants : vitamine c, vitamine E, sélénium , quercétine, bêta carotène…

 

 

Nourrir son microbiote :

Le but de cette démarche va être de maintenir un équilibre entre les «bonnes» et les «mauvaises» bactéries dans votre système digestif. Dans un monde parfait, la balance penche en faveur des bactéries bénéfiques, mais ça, c’est dans un monde parfait …

Essayons de voir comment donner un cou de pouce à nos intestins :

    • apporter suffisamment de bactéries à son organisme : manger des aliments fermentés tel que la choucroute non pasteurisée, les pickles, le natto (pâte de soja fermentée) , le kombucha, les kéfirs de fruits ou de lait (liquides fermentés) , les laitages fermentés ( fromages, yaourts..) , et autres boissons fermentées. Vous pouvez mettre en culture (fermentation) tout un tas de légumes, fruits et boissons, en achetant des starters ( mélanges de bactéries) , ou bien acheter directement en boutique Bio des aliments fermentés.
    • Le moyen le plus simple d’enrichir son écosystème intestinal est tout de même l’utilisation de compléments de probiotiques. Vous pourrez ainsi contrôler le nombre et la diversité des bactéries que vous allez ingérer. Pour cela un produit contenants au moins 8 à 10 souches bactériennes différentes ( lactobacillus, bifidobacterium …) et 50 milliards par dose sera un choix intéressant. Il faudra également veiller à ce que le système d’encapsulation garantisse la survie à l’acide stomacal et qu’une garantie de survie des bactéries au moment de la consommation et non de l’emballage soit spécifiée. La marque Renew life et ce produit en particulier fera le job … (ULTIMATE FLORA CRITICAL CARE – 30 caps – Renew Life )
    • Il faudra ensuite apporter la nourriture nécessaire à tous ces gloutons que sont les bactéries. Et là, entre en jeux les prébiotiques. Qu’est ce que c’est que ça, me direz vous ? Ce sont simplement des fibres qui ont la capacité de se dégrader pour servir de carburant aux bactéries bénéfiques. On les retrouve dans certains fruits et légumes : topinambour, ail, oignon, chicorée, banane, les pommes, les asperges, l’avoine, l’orge, les poireaux … Se supplémenter avec de l’inuline (poudre prébiotique) à raison de 10 à 15 g par jour pourra également être intéressant. Ce produit est bio et est, à mon avis, préférable aux poudres d’inuline made in china … ( Poudre de Topinambour Bio 200g – Inuline – Bien-être Intestinal – Digestion Végétale – Édulcorant Naturel )

 

 

Conclusion :

Vous le voyez, la santé intestinale repose sur la variété des produits consommés : fruits et légumes pour leurs fibres et vitamines, et produits animaux pour les acides aminés, vitamines et minéraux, et graisses de qualité. Mais nous savons tous que couvrir ces besoins vitaux n’est pas toujours aisé tant notre alimentation et notre mode de vie peuvent être mouvementés !

Revenir à une alimentation ancestrale, avec des aliments non transformés, bio ,et de saison sera déjà un grand pas vers la santé. Ensuite, et seulement ensuite, une supplémentation réfléchie viendra corriger les déficiences mis au jour par un bilan sanguin. Dans ce cas, un complexe multi vitaminé intelligemment dosé sera une aide précieuse.

Détail important pour les accrocs au pèse personne : un microbiote déséquilibré est une des causes principales des échecs des régimes amincissants et le rééquilibrer sera souvent le déclencheur de la perte de poids.

Voilà, vous savez tout ce qu’il y a à savoir (ou presque) pour prendre soin de votre deuxième cerveau !

Ne reste plus qu’à appliquer …

 

Sources:

(1) http://www.clinicaleducation.org/resources/reviews/vitamin-a-the-key-to-a-tolerant-immune-system/

One thought on “Soigner ses intestins : perméabilité intestinale, les solutions …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.