Vaccin, pourquoi cette défiance ?

Vaccin, pourquoi cette défiance ?

 

L’idée d’un article sur la vaccination m’est venue après avoir lu l’interview de notre nouvelle ministre de la santé, Agnès Buzyn, dans « Le Parisien » ou celle-ci nous explique les problématiques auxquelles elle compte s’attaquer. Dans sa réflexion, de bonnes idées sur la gestion des déserts médicaux, et la lutte contre le tabagisme, puis une déclaration qui fait déjà beaucoup de bruit dans la presse, à savoir l’intention de faire passer l’obligation vaccinale de 3 ( le fameux DTP = diphtérie,Tétanos, polio) à 11 vaccins (Polio, tétanos, diphtérie, coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque, méningocoque C. ). Je suis plutôt favorable aux vaccins, car après tout, c’est sympa de vivre dans un pays où l’on ne croise plus de gens infirmes car ayant contractés la poliomyélite pendant leur enfance, non ? J’ai fait une recherche plus approfondie sur le pourquoi de cette défiance vis a vis de la vaccination et ai essayé d’être aussi impartial que possible dans les lignes qui vont suivre. C’est parti pour une enquête comme vous les aimez ..

 

Politique et santé publique :

Pour commencer, il est bon de noter que notre ministre, récemment élue, a un CV plutôt intéressant puisque cette dernière est médecin hématologue, et qu’elle a été chef de service à l’hôpital Necker. Maîtriser les dossiers techniques me semblent être une bonne chose, surtout quand on a pu constater les carences de notre dernière ministre en date… Elle a ensuite été présidente de différents institues dont l’HAS ( Haute autorités de santé), avec une seule petite ombre au tableau ; sa présence au sein des conseils d’administration de Novartis et Bristol-Meyers Squibb, deux laboratoires très impliqués dans la production de vaccins, et ce de 2009 à 2011. Sans vouloir passer pour un complotiste, l’ombre d’un possible conflit d’intérêt semble pointer le bout de son nez. Je ne dis pas que c’est le cas, mais le doute reste possible… Nous savons également que Monsieur Serge Weinberg, président de Sanofi, a été un soutien très actif de monsieur Macron durant la dernière campagne électorale. Ce ne sont pas des accusations, simplement des coïncidences que je me dois de souligner dans cet article…

Nous savons également que le passage de 3 à 11 vaccins obligatoires engendrera de gros profits pour les sus nommés laboratoires, et vu la polémique engendrée par l’impossibilité de trouver le vaccin DTP (sans aluminium mais rupture de stock) qui fut remplacé par une version pentavalente ( 5 vaccins, avec aluminium) on peut s étonner que les pouvoirs publiques n’aient pas pris en compte les interrogations de la population (Je rappelle qu’une pétition anti-vaccin ayant reçue plus d’un million de signatures à récemment circulée sur le net). Le moins que l’on puisse dire est que l’obligation vaccinale étendue à 11 vaccins n’est peut être pas le meilleur moyen de faire avancer le débat, et que cela démontre, pour le moins, un manque de pédagogie de la part de nos dirigeants. Mais bon, de toute façon Monsieur Macron avait clairement annoncé la couleur en déclarant vouloir faire passer certains de ces textes par ordonnance ( le fameux 49 .3), sauf que je ne suis pas sûr que le  « Taisez vous, bande d’abrutis, et faites ce qu’on vous dis » soit la meilleure attitude à avoir quand on parle de santé publique ! Ne peut-on pas faire les choses plus intelligemment ? …

Des médecins pas tous d’accord :

Il est bien difficile de s’y retrouver sur des sujets de santé complexes, comme ceux touchant à l’ immunologie, et cela le devient encore plus quand même au sein du système médical, des voix se lèvent pour dénoncer la vaccination systématique étendue à 11… En effet, de nombreux médecins tel que les docteur Philippe Even, Henri Joyeux ou encore, le professeur Romain Gherardi, directeur de recherche à l’Inserm, ont des doutes quand aux fameux adjuvants (dont l’aluminium et le mercure) et les problèmes de santé qui peuvent découler de leurs présences dans les vaccins. Selon eux, des cas de fatigue chronique et de myofasciite à macrophages auraient été détectés suite à des injections vaccinales. D’après ces mêmes experts, des études venant prouver l’innocuité de ces substances font cruellement défaut et au nom du principe de précaution, des études devraient être mises en place pour faire toute la lumière sur ce sujet sensible… Qu’en penser ? Honnêtement, je n’en sais rien … D’un côté, je suis persuadé que la vaccination sauve des millions de vie et que, quand intelligemment appliquée, une politique vaccinale est justifiée, cependant la rendre obligatoire pour 11 vaccins, et tout ça, avant l’âge de 2 ans, me paraît être aussi extrême que le rejet systématique des vaccins. Après tout, en Allemagne et dans les pays Nordiques, où la vaccination n’est pas obligatoire, la couverture vaccinale est efficace ( nombre de gens vaccinés), même chose en Espagne, ou seul le DTP est obligatoire, et ce pays fait pourtant parti des pays du sud, donc soumis à  la proximité des pandémies venant d’Afrique… Il est également intéressant de noter que le parlement Suédois vient de rejeter un texte de loi (10 mai 2017) visant à l’introduction de l’obligation vaccinale.

 

Conclusion :

Vous l’aurez compris , je ne fait pas parti des Anti -vaccins et je pense que sans eux, nous assisterions à une recrudescence de certaines maladies mis en sommeil depuis longtemps, cependant je ne peux que constater que des conflits d’intérêts semblent s’être glissés dans le jeux et peut être que la mise en place d’une commission mettant en place des études indépendantes ou tous les protagonistes (Pro et anti vaccination systématique) seraient consultés, serait peut être le meilleur moyen de faire en sorte que la défiance galopante vis a vis de la vaccination cesse. Le rôle des politiques est de rassurer et rassembler les gens, et je doute fort que faire passer les choses en mode dictatorial soit la chose à faire surtout dans un pays comme la France, ayant une propension à la contestation ! La réalisation d’études indépendantes et transparentes sur les effets des adjuvants et l’accumulation des vaccins sur un jeune système immunitaire, suffirait à mettre en sourdine les plus farouches opposants.

Qu’attend donc notre gouvernement pour se comporter en représentant du peuple qu’il se doit d’être, à savoir en pédagogue, et à l’écoute des interrogations (qu’elles soient fondées ou non) de ces concitoyens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.